Une belle leçon d’amour, de courage et d’espoir dans « The 8-Year Engagement »

Amour

Aujourd’hui, je vais inaugurer la section « aventure culturelle » avec un avis sur le film japonais «  The 8-Year Engagement  » ( « 8年越しの花嫁奇跡の実話 » , rômaji : 8-nengoshi no hanayome: kiseki no jitsuwa), que j’ai vu au cinéma quelques mois auparavant, et qui a été, pour moi, une belle leçon d’amour, de courage et d’espoir. 

Étant donné que c’est mon premier article dans « aventure culturelle », je vais d’abord vous expliquer comment je choisis mes recommandations. Je vous présenterai des livres, des séries, des films et des musiques, entre autres, que j’ai aimés ou qui m’ont marquée d’une manière ou d’une autre.

Passons maintenant au film que j’aimerais vous présenter aujourd’hui ! Avant de continuer, sachez que la suite de l’article contient des spoilers !

Résumé : De leur rencontre à leurs fiançailles, Hisashi et Mai ont vécu une histoire d’amour qu’on décrirait comme banale. Mais, à quelques mois de leur mariage, Mai tombe malade et sombre très rapidement dans le coma, avec une possibilité de ne jamais se réveiller. Que va-t-il advenir de ce couple alors ? Film tiré d’une histoire vraie !

Laissez-moi vous dire pourquoi ce film m’a marquée !

Une histoire d’amour merveilleuse

8 ans, c’est le temps qu’il a fallu à Hisashi et Mai pour se marier. Le début de leur histoire d’amour nous rappelle les histoires d’amour qu’on observe autour de nous. Tout commence par un gôkon (rendez-vous arrangé à la japonaise, avec un nombre égal de filles et de garçons), des regards échangés entre une fille et un garçon, un malentendu entre eux qui devient le point de départ de leur histoire et des rendez-vous qui mènent finalement aux fiançailles et aux portes du mariage. Dit comme ça, vous pensez sûrement que c’est une histoire d’amour qui finit bien, n’est-ce pas ?

Tout commence effectivement bien, mais le film change complètement de ton lorsque Mai, victime d’une maladie rare, sombre dans le coma. J’aimerais vous poser une question. Pouvez-vous de manière confiante dire que vous resterez auprès d’une personne dans le coma/malade toute votre vie en sachant qu’il y a des chances que cette personne ne se réveille jamais/ne s’en sort pas ET sans se plaindre de cette situation ? Moi, je ne sais pas si je pourrais, mais c’est ce que Hisashi a choisi de faire : rester aux côtés de Mai jusqu’à son réveil et tenir sa promesse pour une seule et unique raison, l’amour qu’il lui porte. 

Vous serez ému(e)s de voir à quel point Hisashi a été dévoué à Mai durant toute la durée de son coma et après son réveil aussi. Ce n’est pas seulement Hisashi qui est touchant, Mai l’est tout aussi. Le réveil de Mai comporte des difficultés pour elle aussi. Elle redevient un enfant et doit tout réapprendre. On ne peut qu’admirer son courage et sa détermination à retrouver une vie normale et à alléger l’inquiétude de ses proches durant son rééducation qui est extrêmement difficile.

En somme, cette histoire met vraiment du baume au cœur parce qu’il nous rappelle qu’un amour intemporel et dénué d’égoïsme existe, mais que surtout, il ne faut jamais perdre espoir, même dans les moments les plus difficiles.

Hisashi et Mai, plus réalistes que jamais 

Je dois bien avouer que les acteurs ont vraiment bien joué leur rôle dans ce film, que ce soit les personnages principaux comme Hisashi et Mai ou les personnages secondaires tels que les parents et les amis des deux protagonistes.

À vrai dire, je ne connais pas les critères pour différencier un bon acteur/une bonne actrice d’un mauvais/d’une mauvaise, et c’est pour cela que mon avis n’est certainement pas le mieux placé, mais je vais essayer de vous décrire au mieux ce que j’ai ressenti. 

Pour être honnête, j’avais peur que l’actrice principale, Tao TSUCHIYA, n’arrivait pas à assumer le rôle de Mai et à transmettre les émotions du personnage parce que ce rôle n’est vraiment pas facile à jouer, surtout lorsqu’on n’a pas forcément traversé ce genre d’épreuves dans la vie. Mais, elle m’a vraiment surprise par son jeu d’actrice, elle a très bien joué son rôle. Par exemple, ses scènes de rééducation ont l’air réalistes et nous font vraiment mal au cœur. On ressent réellement la difficulté de la rééducation. De l’autre côté, l’acteur principal, Takeru SATÔ, est impressionnant aussi. On oublie très vite qu’il joue qu’un rôle. Il a réussi à se fondre parfaitement dans la peau du personnage, timide et maladroit, qui devient plus ouvert et plus extraverti par amour. Ce qui est vraiment drôle et touchant à voir.

Ils forment un beau couple à l’écran : un couple qui s’aime, qui s’épaule et qui traverse les difficultés de la vie ensemble. Nous les voyons littéralement mûrir sous nos yeux.

Une esthétique simple mais efficace

Ce qui a été assez perturbant pour moi au début, c’est qu’en vrai, c’est une histoire sans retournement de situation. Et le film est esthétiquement très simple. Quand on est habitués à regarder que des films/séries avec des scénarios parfois tordus, difficile de revenir à la réalité… 

Ce film me rappelle les paroles que la professeure de cinéma à l’Université Fudan, XU Xiaoxiao (许肖潇, pinyin : xǔxiāoxiāo), avait prononcé lors d’une diffusion d’un autre film que je suis allée voir, Notre petite sœur. Elle nous a rappelés que nous avions trop l’habitude de regarder des films qui ne sont pas réalistes. Par conséquent, nous n’arrivons plus à apprécier tout ce qui nous est proche, tout ce qui nous entoure. Et c’est pourquoi les films, comme The 8-Year Engagement ou Notre petite sœur, nous réapprennent à apprécier et à comprendre les problèmes réels que nous avons occultés avec le temps, des douleurs sourdes que nous ne voyons plus parce que nous sommes trop habitués à tout ce qui est irréel. 

Ainsi, cette simplicité de réalisation donne des points bonus à cette histoire et lui confère les côtés vrai et authentique.

Ce film japonais est une très jolie surprise. Il nous rappelle à quel point la vie peut être sournoise. Ce qu’on possède aujourd’hui peut nous être repris demain, mais c’est à nous de persévérer dans les temps difficiles et de profiter pleinement de ce que nous avons dans les temps heureux. Et vous, qu’avez-vous pensé du film ?

Source de la photographie : cinematoday 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *