À l’assaut du château de Himeji

Château de Himeji

Je reprends le récit de mes aventures au Japon. Pour ceux qui n’ont pas suivi, lisez cet article d’abord ! Lors de mon troisième jour au Japon, je suis allée visiter le château de Himeji (姫路城, rômaji : himejijô). Mais reprenons cette journée depuis le début… 

Lundi 31 décembre 2018 :

La journée a commencé tout en douceur avec un bon petit-déjeuner, composé d’œufs brouillés à la japonaise, de légumes et de bacon. Puis après ce repas, N. et moi, nous avons discuté de notre programme du jour, c’est-à-dire la visite du fameux château du héron blanc et le déroulement de notre soirée

La veille, son père nous avait proposé de nous emmener en voiture à Himeji. Une proposition que nous avons acceptée avec joie (on ne change pas de véritables couch potatoes !). J’ai trouvé ça tellement gentil qu’il ait pris sur son temps libre pour nous conduire jusqu’à Himeji ! Et c’est ainsi qu’une heure plus tard, on arrivait devant le château de Himeji où son père nous a laissées, N. et moi, pour partir à la conquête d’un goshuin (御朱印, sceau qu’on obtient dans les temples ou dans les sanctuaires japonais) dans un temple non loin de Himeji…

Château de Himeji
J’aime trop ce genre de ponts (en fait, je crois que j’aime les ponts tout simplement) !!!

Jusqu’à présent, je n’ai vu que très peu de châteaux japonais. C’est sûrement dû au fait que les temples et les sanctuaires japonais m’ont toujours plus intéressée. Mais le château de Himeji est l’une de ces rares exceptions. Ce château m’a toujours intriguée et cette visite ne m’a pas déçue. Dès l’instant où je l’ai vu, je l’ai trouvé magnifique. Il était encore plus beau que ce que je pensais. 

Château de Himeji

Après cette première impression très forte, on a entamé la visite du domaine. Tout en se baladant, N. m’a expliqué que le chemin en pente permettait de ralentir les ennemis à l’époque et m’a fait remarquer qu’il y avait plusieurs formes de sama (狭間, meurtrières). Arrivées devant le château, on a fait la queue rapidement, puis on est rentrées dedans. Une fois à l’intérieur, c‘était un peu compliqué d’avancer parce qu’on était arrivées en même temps qu’un groupe de touristes. Mis à part ça, j’ai beaucoup apprécié l’intérieur, très sobre, et j’ai adoré entendre le bois craquer sous mes pieds. 

Château de Himeji

Une fois la visite du château terminée, on a décidé de visiter le reste du domaine et par pur hasard, on est passées devant le puits où est née la légende d’Okiku. C’était une belle surprise pour moi parce que je connaissais cette légende depuis longtemps, mais je ne savais absolument pas qu’elle venait de Himeji. Prêt(e)s pour la pause légende ?

L’histoire commence ainsi… ll y a fort longtemps, une belle jeune femme du nom d’Okiku travaillait au château de Himeji. Un jour, le maître du château, Tessan, lui confia 10 assiettes très précieuses qu’Okiku déposa par la suite dans sa chambre. Après avoir rangé les assiettes, Okiku sortit faire quelques courses. Pendant son absence, Tessan entra dans sa chambre et vola une des assiettes pour se venger d’Okiku qui avait refusé sa demande en mariage pus tôt. Puis il appela Okiku, qui venait de rentrer, et lui demanda de lui montrer les 10 assiettes qu’il lui avait confiées. Okiku rapporta les assiettes et les compta sous les yeux de Tessan, mais elle remarqua qu’il en manquait une. Tessan lui demanda donc des comptes et décida de la punir en la torturant au-dessus d’un puits. Finalement, Tessan la tua et son corps tomba au fond du puits. Cette nuit-là, le fantôme d’Okiku apparut devant Tessan, puis le rendit fou au point qu’il se tua. Les années ont passé, mais le fantôme d’Okiku continue de hanter la ville de Himeji en comptant ses assiettes. La rumeur dit que lorsqu’Okiku arrive à la neuvième assiette, ceux qui l’entendent meurent.

Vous connaissez peut-être une autre version de cette légende, puisque comme toute légende, il existe plusieurs variantes ! Mais il est temps maintenant de retourner à mon récit ! 

Après avoir flâné dans le domaine, ce n’est qu’à la fin de la visite que j’ai compris pourquoi je n’arrivais pas à prendre de photos avec mon appareil photo… Voilà pourquoi cet article est très peu fourni en photos. Ça m’a un peu dépitée, soupir soupir…

Par la suite, on a voulu tester un café pas loin du château, mais évidemment, étant donné qu’on était le 31 janvier, quasiment tout était fermé. C’était vraiment dommage, mais tant pis, ça sera pour une prochaine fois ! On a donc décidé de rentrer avec son père en voiture ! 

L’article va s’achever là… On se retrouve très vite pour la suite de mes aventures au Japon ! 


Informations pratiques 

Adresse 

姫路市本町68番地
68 Honmachi, Himeji City

Horaires 

En été (du 27 avril au 31 août), le château est ouvert de 9h jusqu’à 18h et la dernière entrée est à 17h.
Le reste du temps (du 1er septembre au 26 avril), le château est ouvert de 9h jusqu’à 17h et la dernière entrée est à 16h.
Le château est fermé les 29 et 30 janvier

Prix  

Château de Himeji :
Adulte : 1000 Yen
Élèves (de l’école primaire jusqu’au lycée et âgés de moins de 18 ans) : 300 Yen

Château de Himeji + jardin Kôko-en :
Adulte : 1040 Yen
Élèves (de l’école primaire jusqu’au lycée et âgés de moins de 18 ans) : 360 Yen

Temps de visite conseillé  

Environ 3 heures. 

Autres conseils  

Je vous conseille d’avoir des chaussures confortables, faciles à enlever et à enfiler, et des chaussettes pour ceux qui portent des sandales – pour des raisons de politesse et de propreté – parce que vous devez enlever vos chaussures et enfiler des sandales qu’on vous donne avant de pouvoir entrer dans le château.
Une fois à l’intérieur, faites attention à vous lorsque vous montez les escaliers. Les sandales donnés sont assez glissantes, ce qui n’est pas vraiment pratique… 


Sources 

https://www.youtube.com/watch?v=F8UPv0ukZ8U (la légende d’Okiku, en japonais)
http://yokai.com/okiku/ (la légende d’Okiku, en anglais)
https://www.baladedusakura.com/la-legende-dokiku-15/ (la légende d’Okiku, en français)
https://www.himejicastle.jp/fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *