« Illusions perdues » d’Honoré de Balzac

Image représentant un bonhomme manipulé par les autres / "Illusions perdues" de Balzac - club de lecture février

Dans le cadre de mon club de lecture, créé tout juste en mi-janvier et qui se focalise cette année sur les classiques français et anglais, j’ai eu l’occasion de lire Illusions perdues de Balzac.

Pourquoi créer un club de lecture ? Parce que je voulais un cadre un peu plus formel et officiel pour m’obliger à lire des livres qui sont dans ma pile de livres à lire depuis longtemps ou me forcer à découvrir d’autres genres littéraires.

Pour ce premier mois de lecture, on a tiré le roman Illusions perdues de Balzac.

Résumé

Lucien Chardon est un beau jeune homme rêveur et ambitieux qui quitte son Angoulême natal pour tenter sa chance à Paris.

Mais lorsque les mensonges, les coups bas et la flatterie sont la norme dans le milieu journalistique, un homme cherchant la gloire littéraire peut-il conserver son intégrité ou va-t-il succomber aux tentations de ce monde ?

Avis

Je vais commencer par donner un avis général. J’ai A-DO-RÉ le livre. Pour ne rien vous cacher, j’admire le style d’écriture de Balzac depuis que j’ai lu son livre, Le Père Goriot, quand j’étais au lycée.

Ce roman, qui fait partie de La Comédie humaine (dont je finirai de lire un jour !), est assez long, mais vous ne vous ennuierez pas un seul instant. Je me rappelle que les événements s’enchaînaient les uns après les autres sans me donner un instant de répit. Je n’arrivais pas à lâcher le livre tellement c’était intéressant et je continuais de lire jusqu’à que ça soit vraiment l’heure de faire autre chose.

Illusions perdues est une excellente description de la rivalité Paris/ »province » et du monde impitoyable de la presse. C’est aussi une fresque impressionnante du milieu politique. Ce portrait minutieux et détaillé est (malheureusement) encore valable aussi et c’est ce qui fait la véritable force de ce roman : rien ne semble avoir vraiment changé depuis l’époque où le livre a été écrit.

« Ne croyez pas le monde politique beaucoup plus beau que ce monde littéraire : tout dans ces deux mondes est corruption. Chaque homme y est ou corrupteur ou corrompu. »

Etienne LOUSTEAU

Le roman a été un véritable coup de cœur, mais j’ai détesté le personnage principal, le fameux Lucien Chardon. L’égoïsme, la vanité, la naïveté et la flemmardise qui dégagent de ce personnage m’ont exaspérée et c’est la première fois qu’un caractère m’énerve à ce point-là. (A vrai dire, j’apprécie seulement le personnage d’Arthez dans ce livre…)

« J’aime une vie facile, sans ennuis[…] [j]e suis né prince. »

Lucien Chardon

Il y a quelque chose d’assez amusant dans ce livre. L’auteur décrit l’ascension sociale de notre protagoniste de manière critique et pessimiste. C’est surprenant, car lorsqu’on connaît la vie de Balzac, on constate qu’il y a d’énormes similitudes avec la vie de Lucien. Est-ce donc là une façon pour lui de critiquer sa propre façon de vie ?

Ce roman était parfait pour lancer mon club de lecture. Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous le conseille vivement !


Fiche pratique

Titre

Illusions perdues

Auteur

Honoré de Balzac

Editions (kindle)

Bibebook

Prix

Gratuit

Langue

Français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *